Invariants et variabilités dans les sciences cognitives / sous la dir. de Jacques Lautrey, Bernard Mazoyer, Paul van Geert [ Livre]

Auteur secondaire collectivité: France, Ministère de la rechercheLangue: Français.Publication : Paris : Maison des sciences de l'homme, 2002Description : 398 p. ; 23 cmISBN: 2735109666.Collection: CognitiqueClassification: 159.95 Psychologie cognitiveRésumé: Réunit des textes présentés au cours d'une série de rencontres sur le thème "Invariants et variabilités dans les sciences cognitives", organisées dans le cadre de l'action concertée incitative Cognitique, lancée par le Ministère de la recherche, novembre 1999-novembre 2000. Comme toutes les sciences, les sciences cognitives sont confrontées à la variabilité des phénomènes qu'elles étudient, et cherchent à dégager de cette variabilité un ensemble de régularités, d'invariants, sur lesquels ancrer les connaissances. Cette quête d'invariance implique des choix quant aux formes de variabilité à prendre en considération. Certaines, jugées pertinentes pour l'objet d'étude, sont utilisées ou manipulées pour en extraire des invariants, tandis que d'autres, jugées sans importance, sont négligées ou neutralisées. Concernant ces choix, les opinions et les pratiques sont changeantes selon les époques, l'état d'avancement des disciplines ou les courants théoriques au sein d'une même discipline. Des formes de variabilité ignorées à une époque peuvent devenir intéressantes un peu plus tard. Le regard porté sur la variabilité évolue, notamment dans les sciences cognitives. La recherche d'universaux a souvent conduit à centrer l'analyse sur les tendances moyennes et à attribuer la variabilité observée autour de ces tendances aux erreurs de mesure ou à des bruits parasites sans grande importance. Or, dans beaucoup de disciplines concernées par la cognition, le rôle reconnu à la variabilité dans les mécanismes adaptatifs et, plus particulièrement, dans les processus d'auto-organisation, conduit à reconsidérer son statut. Cette évolution des idées suscite un regain d'intérêt pour l'étude des différentes formes de variabilité -intra-individuelle, interindividuelle, intergroupes, inter-langues, interculturelles, etc.- et conduit souvent à questionner, repenser, les invariants dans le domaine de la cognition. La recherche de nouvelles formes d'articulation entre les variabilités et les invariants apparaît donc comme un des thèmes émergents autour desquels peuvent se nouer -entre les sciences cognitives- des échanges fructueux aux plans épistémologique, théorique et méthodologique..Sujet - Nom commun: Variabilité (psychométrie) -- Congrès | Sciences cognitives -- Méthodologie -- Congrès | Neurosciences cognitives -- Méthodologie -- Congrès
Current location Call number Status Notes Date due Barcode
ENS Rennes - Bibliothèque
Sciences humaines
159.95 LAU (Browse shelf) Available 159.95 Psychologie cognitive 00011187

Réunit des textes présentés au cours d'une série de rencontres sur le thème Invariants et variabilités dans les sciences cognitives, organisées dans le cadre de l'action concertée incitative Cognitique, lancée par le Ministère de la recherche, novembre 1999-novembre 2000

Notes bibliogr.

Bibliogr.

Réunit des textes présentés au cours d'une série de rencontres sur le thème "Invariants et variabilités dans les sciences cognitives", organisées dans le cadre de l'action concertée incitative Cognitique, lancée par le Ministère de la recherche, novembre 1999-novembre 2000.
Comme toutes les sciences, les sciences cognitives sont confrontées à la variabilité des phénomènes qu'elles étudient, et cherchent à dégager de cette variabilité un ensemble de régularités, d'invariants, sur lesquels ancrer les connaissances. Cette quête d'invariance implique des choix quant aux formes de variabilité à prendre en considération. Certaines, jugées pertinentes pour l'objet d'étude, sont utilisées ou manipulées pour en extraire des invariants, tandis que d'autres, jugées sans importance, sont négligées ou neutralisées. Concernant ces choix, les opinions et les pratiques sont changeantes selon les époques, l'état d'avancement des disciplines ou les courants théoriques au sein d'une même discipline. Des formes de variabilité ignorées à une époque peuvent devenir intéressantes un peu plus tard. Le regard porté sur la variabilité évolue, notamment dans les sciences cognitives. La recherche d'universaux a souvent conduit à centrer l'analyse sur les tendances moyennes et à attribuer la variabilité observée autour de ces tendances aux erreurs de mesure ou à des bruits parasites sans grande importance. Or, dans beaucoup de disciplines concernées par la cognition, le rôle reconnu à la variabilité dans les mécanismes adaptatifs et, plus particulièrement, dans les processus d'auto-organisation, conduit à reconsidérer son statut. Cette évolution des idées suscite un regain d'intérêt pour l'étude des différentes formes de variabilité -intra-individuelle, interindividuelle, intergroupes, inter-langues, interculturelles, etc.- et conduit souvent à questionner, repenser, les invariants dans le domaine de la cognition. La recherche de nouvelles formes d'articulation entre les variabilités et les invariants apparaît donc comme un des thèmes émergents autour desquels peuvent se nouer -entre les sciences cognitives- des échanges fructueux aux plans épistémologique, théorique et méthodologique.

Powered by Koha