Jeunesse et sports : l'invention d'un ministère (1928-1948) / Marianne, Lassus [ Livre]

Auteur principal: Lassus, Marianne, 1973-....Auteur secondaire collectivité: Comité d'histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sportsLangue: Français ; de l'oeuvre originale, Français.Publication : Paris : Insep-éditions, 2017Description : 1 vol. (666 p.) ; 24 cmISBN: 9782865802302.Classification: 796/39 Histoire de l'Education Physique et sportiveRésumé: En 2016, le ministère de la Jeunesse et des Sports a fêté, dans la plus grande discrétion, ses soixante-dix ans tandis que la figure de Léo Lagrange, même modestement, était célébrée en même temps que les quatre-vingts ans du Front populaire, avec plus d'écho. L'identité et la genèse de Jeunesse et Sports sont donc au coeur de cet ouvrage qui étudie l'invention de ce ministère et sa construction administrative, au gré des expérimentations successives portées par des intentions politiques diverses. Ce texte interroge l'évolution des intitulés (éducation physique, sports, jeunesse, loisirs, éducation populaire) significatifs d'affichages ou de programmes politiques spécifiques et les rattachements successifs, souvent en accordéon à des entités ministérielles variables : l'Armée, l'Education nationale, la Santé. Il accorde également une place essentielle aux hommes qui ont " fait Jeunesse et Sports" : les ministres ou secrétaires d'Etat (parfois très connus comme Léo Lagrange ou Jean Borotra, souvent oubliés, comme Pierre Dézarnaulds ou Joseph Pascot) et leurs entourages, les directeurs d'administration centrale mais aussi "sur le terrain", les inspecteurs de la jeunesse et des sports. Du sous-secrétariat d'Etat à l'Education physique d'Henry Paté en 1928 à la direction des sports de Gaston Roux en 1948, ce nouveau segment ministériel est structuré à la fois par des ruptures politiques telles que celles du Front populaire, de Vichy, de la Libération, alternant, au cours de ces vingt années, avec des continuités administratives. De 1928 à 1940, ce sont l'éducation physique et les sports qui donnent lieu à des structurations administratives au rythme d'une "valse à trois temps" mettant trois protagonistes en scène : l'Armée, la Santé et l'Education nationale. Le Front populaire, avec Léo Lagrange, puis Jean Zay, se préoccupent de nouvelles questions : celles des loisirs, de l'éducation populaire, de la jeunesse, mais ces thèmes ne sont pas traduits sur le plan administratif. En créant en 1940 un secrétariat général de la Jeunesse, confié à Georges Lamirand, le gouvernement de Vichy montre alors tout l'intérêt qu'il porte à ces questions. Pour l'administration de la jeunesse et des sports, Vichy représente un moment fondateur puisque c'est à cette période que les services extérieurs chargés de ce domaine sont mis en place avec la création de deux corps, les délégués à la jeunesse et les inspecteurs de l'éducation générale et des sports. A la Libération, après le temps de l'épuration, bien réelle pour cette nouvelle administration " mal née ", le retour des espoirs de 1936 est incarné par Jean Guéhenno, directeur des Mouvements de jeunesse et d'éducation populaire. Mais ces espérances sont rapidement contrariées avec les compressions massives de personnels connues sous les funestes noms de commissions de la "hache" et de la "guillotine". C'est dans ce contexte que te sous-secrétariat d'Etat à la Jeunesse et aux Sports est créé par Andrée Viénot en juin 1946. .Note d thèse: .Sujet - Collectivité: France Ministère de la jeunesse et des sports Sujet - Nom commun: Éducation populaire -- France -- 20e siècle -- Thèses et écrits académiques | Jeunesse -- Loisirs -- France -- 20e siècle -- Thèses et écrits académiques | Sports -- Gestion -- France -- 20e siècle -- Thèses et écrits académiques
Current location Call number Status Notes Date due Barcode
ENS Rennes - Bibliothèque
Sport/EPS
796/39 LAS (Browse shelf) Checked out 796/39 Histoire de l'Education Physique et sportive 03/09/2018 037289

Thèse de doctorat

En 2016, le ministère de la Jeunesse et des Sports a fêté, dans la plus grande discrétion, ses soixante-dix ans tandis que la figure de Léo Lagrange, même modestement, était célébrée en même temps que les quatre-vingts ans du Front populaire, avec plus d'écho. L'identité et la genèse de Jeunesse et Sports sont donc au coeur de cet ouvrage qui étudie l'invention de ce ministère et sa construction administrative, au gré des expérimentations successives portées par des intentions politiques diverses.
Ce texte interroge l'évolution des intitulés (éducation physique, sports, jeunesse, loisirs, éducation populaire) significatifs d'affichages ou de programmes politiques spécifiques et les rattachements successifs, souvent en accordéon à des entités ministérielles variables : l'Armée, l'Education nationale, la Santé. Il accorde également une place essentielle aux hommes qui ont " fait Jeunesse et Sports" : les ministres ou secrétaires d'Etat (parfois très connus comme Léo Lagrange ou Jean Borotra, souvent oubliés, comme Pierre Dézarnaulds ou Joseph Pascot) et leurs entourages, les directeurs d'administration centrale mais aussi "sur le terrain", les inspecteurs de la jeunesse et des sports.
Du sous-secrétariat d'Etat à l'Education physique d'Henry Paté en 1928 à la direction des sports de Gaston Roux en 1948, ce nouveau segment ministériel est structuré à la fois par des ruptures politiques telles que celles du Front populaire, de Vichy, de la Libération, alternant, au cours de ces vingt années, avec des continuités administratives. De 1928 à 1940, ce sont l'éducation physique et les sports qui donnent lieu à des structurations administratives au rythme d'une "valse à trois temps" mettant trois protagonistes en scène : l'Armée, la Santé et l'Education nationale.
Le Front populaire, avec Léo Lagrange, puis Jean Zay, se préoccupent de nouvelles questions : celles des loisirs, de l'éducation populaire, de la jeunesse, mais ces thèmes ne sont pas traduits sur le plan administratif. En créant en 1940 un secrétariat général de la Jeunesse, confié à Georges Lamirand, le gouvernement de Vichy montre alors tout l'intérêt qu'il porte à ces questions. Pour l'administration de la jeunesse et des sports, Vichy représente un moment fondateur puisque c'est à cette période que les services extérieurs chargés de ce domaine sont mis en place avec la création de deux corps, les délégués à la jeunesse et les inspecteurs de l'éducation générale et des sports.
A la Libération, après le temps de l'épuration, bien réelle pour cette nouvelle administration " mal née ", le retour des espoirs de 1936 est incarné par Jean Guéhenno, directeur des Mouvements de jeunesse et d'éducation populaire. Mais ces espérances sont rapidement contrariées avec les compressions massives de personnels connues sous les funestes noms de commissions de la "hache" et de la "guillotine".
C'est dans ce contexte que te sous-secrétariat d'Etat à la Jeunesse et aux Sports est créé par Andrée Viénot en juin 1946.

Powered by Koha